Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2008

Des histoires de bus et de taxi

Histoire numero 1 : Le taxi au Perou

Quand on arrive au terminal terrestre (la gare routiere) et qu'on veut prendre un taxi pour se rendre a un hotel. Le gentil taxi vous demande quel hotel, et apres vous dit que non non non, cet hotel n'est pas bien mais que lui en connais un mieux et oui. C'est formidable, sauf que cet hotel est bien sur hors de prix (ou du moins hors de votre budget de routard chevronne). Donc vous dites non, mais parfois faut batailler et apres avoir fait quelques detours vous arrivez a vote hotel mais le prix de la course a augmente et comme y a pas de compteurs...

Explication : les hotels soudoient les chauffeurs de taxi pour qu'ils leur ramenent du monde mais pas les hotels routards. Heureusement y aussi des gentils taxi ici comme ailleurs

Histoire numero 2 : Le taxi a Salta

En arrivant, fraiches et pimpantes, apres 10h de trajet de jour entre San Pedro de Atacama et Salta, Luisa (une anglaise), Tammi (une canadienne) et moi voulions prendre un taxi pour nous rendre a notre auberge. Mais aucun des taxi du terminal terrestre ne voulait nous prendre. Raison officielle, leur taxi etait trop petit pour 3 personnes + 3 gros sacs...

Raison officieuse : un gars bossant pour un hotel et venant chercher des clients a la gare est venu nous preter main forte. En fait on n'allait pas assez loin pour ces messieurs !! HEIN ! QUOI ! je me serais cru a Paris. Il nous a fait sortir de la gare et nous a trouve un taxi gentil qui nous a ammene a bon port pour 2.80 pesos argentin (65 centimes environ d'euros).

Histoire numero 3 : Le bus pour rentrer du centre de Cordoba chez Marzio

2eme jour a Cordoba, je vais au meme arret de bus que la veille pour rentrer chez Marzio. Mais le bus passe et ne s'arrete pas (en me faisant signe que non non il n'allait pas s'arreter). Apres enquete il semblerait que je ne sois pas au bon arret (y a ni panneaux, ni plans ici aux arrets de bus). Ok donc je vois le fameux bus re-arriver, je cours a l'arret suivant. Je monte et le chauffeur me dit un truc que je comprend pas. On part, on roule, on roule, je surveille la route d'un oeil a moitie ouvert pour etre sure de pas rater mon arret. Au bout d'un moment je vois des champs, ca ressemble plus a Cordoba. Puis un peage et une sorte d'autoroute. Ah et la je me dis : Sabine tu n'es pas dans le bon bus ! oops. Je dis ca au chauffeur qui me fait descendre un peu plus loin et hop je repars dans l'autre sens. Rien compris, le bus avait bien la bonne direction affichee mais apparemment passait par un autre chemin. :-) l'important c'est d'arriver a bon port !

 

Commentaires

sans rapport le commentaire : notre nonore nationale aura 18 ans en janvier; sera-tu revenue pour le we des 17 et 18 où nous ferons une méga teuf (branchée la quinqua!) : bal masqué et déguisé. nous serions tous ravis de t'y accueillir.
et vive les taxi de tout poil.
biz et à +
Evelyne

Écrit par : Evelyne | 26/10/2008

que d'aventures! bisous patate

Écrit par : L&R | 26/10/2008

Les commentaires sont fermés.